UPC : le choix cornélien de Zéphirin Diabré

On en parle

Football : le président de la Fédération burkinabè de football Lazare Banssé éjecte 4  membres de son équipe

FBF: le président Banssé éjecte 4  membres de son équipe Raymond Dagba alias Papy, Sibiri...

SUPPRESSION DU CLIP DE L’ARTISTE KAYAWOTO : Son producteur, San Rémy Traoré s’exprime à ce propos

Publié il y'a environ 2 semaines, le clip de l'artiste burkinabè Kayawoto en featuring...

CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique) : Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades

CFOP Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades ? Il y a de la fumée dans...

RÉSULTAT DU BEPC AU LYCÉE NELSON MANDELA: 186 admis

Au tableau d'affichage du Lycée Nelson Mandela, nous avons pu noter 186 admis au...

Les résultats de l’Union pour le progrès et le changement(UPC), au dernier scrutin couplé ne sont pas bons. De 33 députés en 2015, le parti du lion a chuté à 12. Il perd son fauteuil de chef de file de l’opposition, et son candidat qui était arrivé en 2e position à la présidentielle de 2015 dégringole à la 3e place avec moins de 10% des suffrages. L’heure est à l’introspection. Rester à l’opposition avec le CDP comme chef de file de l’opposition ? Ou  aller à la majorité qu’il a rejetée en 2015 ?

Zeph et son parti sont les grands perdants de ce scrutin. Ils ont perdu en suffrage à la présidentielle et ont perdu en nombre de députés obtenus. C’est vrai  que les soubresauts qu’a connus  le parti dans le premier quinquennat de Roch Kaboré  présageaient déjà des résultats, mais l’on était loin d’imaginer que la chute allait être vertigineuse.

Comme en 2015, Zeph a joué au « républicain » avec des adversaires (MPP) qui le sont moins avec lui, et il a encore perdu. Les deux erreurs politiques monumentales qui ont conduit Zeph à la perte du pouvoir en 2015 sont connues.  Quand les autorités de la transition ont ouvert le boulevard pour que le MPP gagne le pouvoir en 2015 avec la loi d’exclusion ou loi Chériff, Zeph a fermé les yeux.

Il a laissé exclure le CDP et ses alliés, pensant que cela allait lui profiter plus qu’au MPP.  Seul Ablassé Ouédraogo s’était élevé contre la loi d’exclusion.La suite on la connait. La deuxième erreur politique de Zeph après son silence sur la loi d’exclusion, c’était son refus d’aller en alliance avec le CDP aux élections de 2015.

Les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Pourtant il le savait, il n’avait qu’à tendre la main au CDP pour la présidentielle et la tendance pouvait s’inverser. Son adversaire direct  a senti le danger et a fait une insidieuse offensive sur les réseaux sociaux que « Zeph pactise avec le CDP… ». Ces deux erreurs ont coûté à l’UPC et à son président, le palais de Kosyam.

Mais Zéphirin Diabré veut-il exercer le pouvoir d’Etat ? Ne se plait-il dans ses habits de chef de file de l’opposition ? La question vaut son pesant d’or car, plusieurs faits montrent à souhait que l’homme est mu  par d’autres ambitions que celles de la gestion du pouvoir d’Etat. De 2016 à 2020, Zeph pouvait rejoindre la majorité pour qu’ensemble avec le MPP ils gèrent le pouvoir d’Etat, bien sûr avec tous les risques que cela comportaient en termes de bilan. Il a refusé d’aller à la soupe comme le disent certains. Dans ses habits de nouveau chef de file de l’opposition, il n’a pas fait mieux. Il a fermé les yeux sur les insuffisances, et les inconséquences des dirigeants du MPP. Ce qu’il dénonçait dans le passé  dans la rue sous Blaise Compaoré, il a fermé les yeux sous le pouvoir de Roch Kaboré. La contestation du CFOP dans la rue et par la rue s’est muée en conférence de presse hebdomadaire. Les marches meetings souhaitées par les militants et sympathisants face aux dérives du pouvoir en place seront tenues dans sa portion congrue. En 5 ans de gestion à tâtons du pouvoir, une seule marche meeting de l’opposition et plus rien. Comme si tout était rose. Il a laissé les syndicats se battre seuls contre le pouvoir. Le reste est déversé dans les conférences de presse.

Diviser pour mieux régner

Au cours du 1er quinquennat de Roch, Zéphirin Diabré a eu la faiblesse de croire que le bilan du MPP allait précipiter sa défaite aux élections de novembre 2020. Une autre erreur républicaine.Le MPP a pris le pouvoir dans la rue et par la rue, ce n’est pas par les urnes qu’il le perdra. En effet, il n’est un secret pour personne que les résultats du scrutin de 2015 se sont forgés dans les méandres des évènements de fin octobre 2015.Utopique était donc de penser  que d’autres personnes viendraient ravir la vedette à ceux qui ont rondement mené cette insurrection. Ce rappel historique était nécessaire et indispensable pour camper les difficiles choix que Zéphirin et son parti auront à faire dans les jours et semaines à venir.

Zeph sait que son résultat à l’élection de 2020 est en grande partie causé par le MPP.   Durant ce premier quinquennat, l’UPC a été infectée et infestée de l’intérieur par le parti de Roch.La preuve, le MPP a déchiré son parti en l’amputant de 13 députés au cours du quinquennat. Qu’a fait Zeph ? En toute réponse, il est allé à un dialogue politique avec ceux qui le piquaient la nuit et lui souriaient dès le jour venu. A la veille du scrutin, son fidèle lieutenant Nathanaël Ouédraogo a quitté le navire qui s’abordait pour se trouver un avenir avec les vainqueurs.

Choisir de ne pas choisir, c’est faire un choix

Sorti affaibli de ce scrutin, le parti du lion ne sait pas dans quelle tanière se reposer. Partir à la majorité c’est faire pale figure car cette majorité s’est bétonnée avec la montée en puissance du NTD et l’arrivée de partis comme le RPI, le MBF, sans oublier l’UNIR/MS qui va s’accrocher avec ses 5 députés. Alors question. Roch a-t-il vraiment besoin de Zeph et de ses 12 députés ? Pas si sûr. Mais comme tout est possible et jouable en politique le choix d’aller à la majorité peut-être une solution. Surtout que dans certains milieux il se susurre que l’abandon des plaintes et les félicitations accélérées des opposants après les élections bâclées découlent d’une entente cordiale pouvoir-opposition pour sauver l’essentiel et éviter le chaos. Il n’est donc pas exclu que Zeph et bien d’autres opposants se retrouvent à renforcer et conforter la majorité. Sinon, le risque de voir une saignée des cadres de son parti n’est pas à exclure.

L’autre choix, c’est de rester dans l’opposition.  Mais rester dans l’opposition avec le CDP comme chef de file de l’opposition et jouer le second rôle peut s’avérer humiliant pour le parti du lion. D’autant plus que pour qui connait la manière de fonctionner du nouveau chef de file de l’opposition (Eddie Komboïgo et son CDP) les couacs ne manqueront pas et l’on peut affirmer que Zeph se sentira à l’étroit.

En 2015 il n’était pas opportun d’aller à la majorité. Mais  les résultats de 2020 sont là. Le MPP a frappé le lion et l’a grièvement blessé. Le lion de 2020 est tellement blessé que pour survivre, il doit s’accrocher à la mouvance ou s’aborder définitivement dans l’opposition.  Si Zeph ne part pas à la mouvance, cela sera pour satisfaire son égo personnel. Les cadres qui sont restés fidèles pourront-ils supporter encore 5 ans de disette ? ne seront-il pas tentés de quitter le navire ? Le difficile choix est là. Que va choisir Zeph ?

Nakibour Ilboudo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Un an du drame d’Inata : la Gendarmerie Nationale rend hommage à ses hommes tombés sur le champ d’honneur.

Un an du drame d'Inata : la Gendarmerie Nationale rend hommage à ses hommes tombés sur le champ d’honneur. Dans le cadre de la commémoration...

Burkina Faso : Déclaration de Josep Borrell haut représentant de l’union européenne sur les événements du 30 Septembre 2022

L’Union européenne prend note de l’accord trouvé ce 4 octobre entre les nouvelles autorités de facto du Burkina Faso et la CEDEAO et notamment...

Burkina Faso : Coup D’état du 30 Septembre 2022 le MPP prend acte.

Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) prend acte « de ce deuxième coup d’État » survenu le 30 septembre dernier contre le président...

Vous aimeriez aussi