SECTEUR AGROCHIMIQUE : Le collectif citoyen pour l’agroécologie mobilisé contre le projet « De moustiques génétiquement modifiés »

On en parle

Football : le président de la Fédération burkinabè de football Lazare Banssé éjecte 4  membres de son équipe

FBF: le président Banssé éjecte 4  membres de son équipe Raymond Dagba alias Papy, Sibiri...

SUPPRESSION DU CLIP DE L’ARTISTE KAYAWOTO : Son producteur, San Rémy Traoré s’exprime à ce propos

Publié il y'a environ 2 semaines, le clip de l'artiste burkinabè Kayawoto en featuring...

CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique) : Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades

CFOP Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades ? Il y a de la fumée dans...

RÉSULTAT DU BEPC AU LYCÉE NELSON MANDELA: 186 admis

Au tableau d'affichage du Lycée Nelson Mandela, nous avons pu noter 186 admis au...

Le collectif citoyen pour l’agroécologie a tenu une conférence de presse le samedi 15 mai 2021 pour informer de leur désapprobation face au projet « De moustiques génétiquement modifiés » et toutes tentatives d’introduction de cultures GM au Burkina Faso. Cette rencontre d’échanges a eu lieu au Centre Napambéogo à Ouagadougou.

Les échanges entre le collectif et les hommes de médias ont portés sur 3 grands points, notamment le contexte général sur l’agrochimie et les OGM, le cas du Burkina Faso et les perspectives. Pour les conférenciers, le secteur agrochimique est responsable du monde toxique dans lequel les individus vivent. Selon eux, les produits chimiques sont devenus l’apanage d’un modèle agricole imposé par les firmes qui conduisent à des conséquences désastreuses comme, la disparition des insectes notamment pollinisateurs, pollution des eaux, des sols, de l’air, etc. A titre de rappel, 2 grandes marches des organisations agroécologiques et de protection des droits humains ont été organisées à Ouagadougou à cet effet en 2015 et 2018. <<Malgré l’abandon du coton BT et les multiples actions des militants anti-OGM, plusieurs autres tentatives d’introduction de cultures transgéniques sont en cours au Burkina Faso. Il s’agit du Niébé Bt et des moustiques génétiquement modifiés. Cet entêtement des autorités Burkinabè est indignant>>, a soutenu Ali Tapsoba, porte parole du CCAE. Pour les conférenciers, le Burkina Faso n’a pas tiré leçons de la COVID19, parce que si c’était le cas, toute manipulation des virus devrait être stoppée. <<Avec les manipulations de moustiques génétiquement modifiés, le Burkina Faso risque d’être le prochain foyer d’expansion de pathogènes. Nous risquons de vivre pire que COVID19 car la transmission du virus se fera par les moustiques>>, ont-ils indiqués. En guise de perspectives, Ali Tapsoba et ses camarades ont informés que les actions citoyennes allaient continuer, par l’interpellation des décideurs, la mobilisation citoyenne, l’action en justice, le renforcement de la production agroécologique, etc.

 

Arnaud BAKOI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Un an du drame d’Inata : la Gendarmerie Nationale rend hommage à ses hommes tombés sur le champ d’honneur.

Un an du drame d'Inata : la Gendarmerie Nationale rend hommage à ses hommes tombés sur le champ d’honneur. Dans le cadre de la commémoration...

Burkina Faso : Déclaration de Josep Borrell haut représentant de l’union européenne sur les événements du 30 Septembre 2022

L’Union européenne prend note de l’accord trouvé ce 4 octobre entre les nouvelles autorités de facto du Burkina Faso et la CEDEAO et notamment...

Burkina Faso : Coup D’état du 30 Septembre 2022 le MPP prend acte.

Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) prend acte « de ce deuxième coup d’État » survenu le 30 septembre dernier contre le président...

Vous aimeriez aussi