Au Sahel, les limites du « en même temps » d’Emmanuel Macron

On en parle

SUPPRESSION DU CLIP DE L’ARTISTE KAYAWOTO : Son producteur, San Rémy Traoré s’exprime à ce propos

Publié il y'a environ 2 semaines, le clip de l'artiste burkinabè Kayawoto en featuring...

Football : le président de la Fédération burkinabè de football Lazare Banssé éjecte 4  membres de son équipe

FBF: le président Banssé éjecte 4  membres de son équipe Raymond Dagba alias Papy, Sibiri...

CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique) : Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades

CFOP Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades ? Il y a de la fumée dans...

RÉSULTAT DU BEPC AU LYCÉE NELSON MANDELA: 186 admis

Au tableau d'affichage du Lycée Nelson Mandela, nous avons pu noter 186 admis au...

A l’issue d’un sommet réunissant le Mali, le Burkina Faso, le Niger, la Mauritanie et le Tchad, le chef de l’Etat a annoncé, mardi 16 février, le maintien des forces de l’opération « Barkhane » dans la région… et une « évolution » de la présence française après l’été.

Rester au Sahel tout en envisageant d’amorcer un retrait sur la pointe des pieds. Les annonces d’Emmanuel Macron, mardi 16 février, à l’issue du sommet réunissant cinq pays de la région (Mali, Burkina Faso, Niger, Mauritanie et Tchad) reprennent sa rhétorique bien connue du « en même temps ». Loin du repli partiel envisagé, le président de la République a annoncé « une action renforcée » pour « essayer d’aller décapiter ces organisations [djihadistes] » et le maintien des 5 100 militaires de l’opération française « Barkhane ». Mais il a aussi évoqué « une évolution de notre présence » après l’été. La plus importante « opération extérieure » de l’armée française pourrait être transformée en une intervention plus légère et plus discrète ciblant les chefs des groupes djihadistes concurrents, filiales d’Al-Qaida et de l’organisation Etat islamique, qui contrôlent plusieurs régions du Mali et sévissent au Burkina Faso et au Niger. Huit ans après l’intervention militaire décidée par François Hollande pour empêcher les islamistes de prendre le pouvoir à Bamako, le bilan est amer. Certes, le renforcement des effectifs français décidé voici juste un an a permis à « Barkhane » d’enregistrer des victoires militaires notables, dont l’élimination, en juin 2020, du chef historique d’Al-Qaida au Maghreb islamique, Abdelmalek Droukdel. Certes, la cohésion et la formation des armées locales regroupées dans le G5 Sahel ont progressé. Quant aux dirigeants des Etats de la région, menacés par les islamistes, ils sont plus que jamais demandeurs.

lemonde

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Chefferie traditionnelle à Saaby ll 5 ans d’exil, toujours des gorges chaudes contre le Prince déchu

Chefferie traditionnelle à Saaby ll 5 ans d’exil, toujours des gorges chaudes contre le Prince déchu Sampawendé Patindé François de Salle...

Burkina Faso : Coup D’état du 30 Septembre 2022 le MPP prend acte.

Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) prend acte « de ce deuxième coup d’État » survenu le 30 septembre dernier contre le président...

Burkina Faso : situation nationale le mouvement SENS appel à la mobilisation populaire

  Appel A La Mobilisation Populaire Chers Compatriotes, Ami.e.s du Burkina Faso, A l'entame de cette déclaration, nous réitérons notre solidarité et notre compassion à l'égard des nombreuses...

Attaque à Gaskindé : le Président DAMIBA remonte le moral de la troupe à Djibo

Attaque à Gaskindé : le Président DAMIBA remonte le moral de la troupe à Djibo (Djibo, 29 septembre 2022). Le Président du Faso, Chef suprême...

Mali : Assimi Goita reçoit une délégation de la CEDEAO

MALI AFFAIRE 49 SOLDATS, ASSIMI GOITA REÇOIT LA DÉLÉGATION DE LA CEDEAO : Le Président de la Transition reçoit une délégation de haut niveau de...

Vous aimeriez aussi